Un an avant la présidentielle , emploi des jeunes salaires et retraites pour ce 4e jour de rencontres

Un an avant la présidentielle , emploi des jeunes salaires et retraites pour ce 4e jour de rencontres

Étape 4/5 : Morbecque – Olhain

« Frrrrrrrrr » Ça, c’est la roue qui continue de tourner pendant ma chute dans les escaliers de la gare d’Hazebrouck. « C’est là où on voit les pros, rigole un quadragénaire qui s’empare du vélo, le porte sur son épaule jusqu’au quai numéro 6 avant de courir vers son train. Gentil.

Dans le wagon qui le mène vers Arras (l’arrêt pour nous est à Béthune), Jessy, 21 ans, révise une dernière fois la présentation de sa thèse sur « Faut-il créer une zone de loisirs à Arras ou rénover l’existant » : « Je passe tout à l’heure, je suis hyper stressé. »

Étudiant en master entrepreneuriat, il étudie le projet depuis décembre et sa conclusion est claire : il vaut mieux développer. « Avec sa population jeune et la venue de nouvelles entreprises comme Häagen-Dazs, la ville ne peut pas se contenter de ce qu’elle a. » Il sourit : « Grâce à vous, je révise ! »

Petit visage pétillant sur sa veste de costume grise, Jessy habite Arques et fait le trajet tous les jours en train pour aller à la fac : « Je me lève à 5 h, je rentre à 22 h. L’an dernier, j’avais un appart mais il y a eu une erreur dans mon dossier de bourse, j’ai reçu l’argent en retard, j’ai dû retourner chez mes parents. » Musicien, très sportif « Je fais du kickboxing, je le mets pas sur mon CV, ça fait trop peur » Jessy rêve d’ouvrir sa boîte à l’étranger. « J’ai bossé une fois avec mon père qui est menuisier.
Ç
a m’a mis une claque, je me suis dit que j’avais de la chance d’étudier. » Pour lui, le nouveau président devrait mieux structurer l’emploi des jeunes : «
Dans un an, j’aurai un bac +5 et ça ne voudra rien dire. »

L’air froid du matin se colle aux joues, aux doigts ; on roule dans Béthune qui semble sage et immobile. On arrive sur la Grand-Place où un vélo géant survole les dalles. «
C’est pour les 4 jours de Dunkerque, ils partent d’ici
», explique le conducteur de la grue, Pascal, 57 ans, employé de la ville. On sort stylo et appareil photo, il se fait charrier : « Ah la vedette ! T’es trop gros pour une seule page ! »

Fan de foot et de vélo, il adore ses collègues « C’est tout des anciens
» son métier de chauffeur de camion-grue : « Ça fait 36 ans que je bosse pour la ville. J’ai fait un peu de tout : balayeuse, ébouage puis ils ont acheté les camions. » L’évocation de la présidentielle l’amuse : « Ce que j’aimerais, c’est qu’on m’offre une retraite avant 2018 ! Ah oui aussi que les Béthunois soient parfois moins exigeants : ils veulent des fêtes mais pas être embêtés avec la circulation, c’est impossible ! »

Toujours sur la Grand-Place, on s’arrête à la terrasse d’un resto où Aline, liane brune de 29 ans, travaille comme serveuse pour son père.

Elle aime les films « Twin Peaks, forcément » la mode, la musique « Le jazz, Prince, big up pour lui ! » danser, faire la fête : « J’ai grandi dans l’esprit Ibiza. Le soir au resto, tous mes amis sont là !
» Plus jeune, Aline a fait quinze ans de danse classique : « Mon frère est à l’Opéra de Paris, j’ai failli le suivre mais j’étais pas assez scolaire. » Elle a travaillé à Paris dans un magazine de mode, à Los Angeles pour une boîte de production, à Lille dans la vente de bijoux de luxe. « J’ai plein de projets, de rêves, j’aimerais créer ma propre marque par exemple, avec du cuir, quelque chose de simple.
» Dans un an, elle aimerait que les jeunes qui veulent créer leur société soient plus aidés : « Aujourd’hui, celui qui a pas de famille pour le soutenir, bon courage !
»

Pots d’échappement, centre commercial, petit panneau jaune qui indique que le carmel de Fouquières-lez-Béthune prépare une expo-vente. S’ur Geneviève a 66 ans, un beau visage ouvert et un étonnement limpide : « Un reportage ici ! »

Responsable de l’intendance pour les neuf religieuses, elle se lève le matin à 6 h 30 : « Je prie pour les gens qui vont travailler, ceux qui vont manifester’ J’essaie d’intégrer la société telle qu’elle est. »

Son monde est fait de prières, de travail et de silence : elle ne parle que deux fois par jour. Du coup, les courses au centre commercial du coin sont toujours un choc : « Il y a tellement de choses ! Rien que pour les yaourts, je m’y perds, ils en ajoutent toujours des nouveaux. » Sa récompense, ce sont tous ces gens qui viennent lui parler «
C’est difficile d’être toujours juste, vrai, de ne pas s’approprier l’autre. »

D’un pas enthousiaste, s’ur Geneviève nous fait visiter le bâtiment, très bien tenu, avec la couleur des rideaux qui rappelle celle des murs et l’immense parc qui l’entoure. « Ce que je ferais si j’étais présidente » Comme souvent, elle pouffe : «
Alors, là’ J’aimerais que toutes les familles aient une vie décente. Les salaires ne sont pas assez élevés. »

Sous le soleil, la route devient aveuglante. Un internaute nous conseille d’aller dormir au parc d’Olhain, un site de 170 hectares qui prépare avec force travaux dans son camping l’arrivée des supporters de l’Euro 2016. L’accès est gratuit, les familles y ont l’air bien, entre aires de jeux et vastes pelouses ombragées.

Les deux petites filles de Patricia ont opté pour le mini-golf. « On vient ici dès qu’il fait beau ! »

À 41 ans, cette blonde un peu timide travaille comme assistante de vie scolaire dans l’école d’Haillicourt : « Je m’occupe d’une petite fille en CP et d’un garçon en 6e qui sont en difficulté. » Elle leur explique ce qu’il y a écrit au tableau, remanie leurs cours : « J’aime beaucoup ce que je fais. J’aurais aimé être instit mais en 1997 ils n’embauchaient pas. Je ne me vois pas m’y remettre aujourd’hui et taper des mémoires de 60 pages en plus de mon travail et de deux enfants. »

Pour la présidentielle, Patricia n’a qu’un souhait : « Avec le redoublement qui n’est plus autorisé, les écoles ont besoin de plus de moyens. » Elle se raconte encore et s’étonne : « Je ne pensais pas que les gens comme moi pouvaient être dans le journal ! »

Suivez le périple sur la page Facebook Au Nord et à travers

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *